remaniement ministériel au Bénin: 18 départs et 11 entrées annoncés

Publié le par Emmanuel E. CREPPY

boni_yayi_reflechi.jpg 

Après une saison électorale qui a connu une présidentielle, soldée par un brillant K.O. et des législatives qui offrent une majorité parlementaire confortable à la mouvance présidentielle plurielle, les informations font état ces derniers jours, de l'imminence d'un remaniement ministériel. Le chef de l'Etat, le président Boni Yayi, lui-même l'avait annoncé le samedi 14 mai dernier    dans son message qu'il a adressé à la nation à la veille de l'installation de la nouvelle législature parlementaire. La formation de ce nouveau gouvernement selon des sources proches du pouvoir, entraînera nécessairement le départ de plus de la moitié de l'équipe actuelle. Encore que le Président Boni Yayi ait décidé dans le même discours de réduire le nombre de portefeuille ministériel pour tenir compte des moyens limités de l'Etat, les ministres de l'actuelle équipe ont des raisons d'en faire l'objet de leurs nuits blanches. Le remaniement pourrait intervenir après la mise en place du bureau de l'Assemblée nationale, normalement prévu pour demain  vendredi 20 mai 2011, avec probablement 18 départs du gouvernement, précisent les sources. Même si ces informations sont à prendre avec des réserves, il y a tout de même une évidence: le président Boni Yayi conscient de l'enjeu du prochain quinquennat, placé sous le signe de la refondation de la République, cherchera à s'entourer d'hommes, surtout de technocrates, qui disposent  de capacités intellectuelles  en accord avec ses aspirations et ses ambitions de développement pour le Bénin. C'est dire donc que le prochain gouvernement de Boni yayi pourrait être beaucoup plus technique que politique.

Les départs annoncés

Certains membres du gouvernement actuel ont déjà obtenus leurs tickets pour l'Assemblée Nationale. Ceux-ci sont d'ores et déjà considérés comme étant logiquement sur la liste de départ. Il s'agit notamment des ministres Barthélémy Kassa, Claudine Prudencio, Sacca Lafia, Nicaise Fagnon, Zacharie Chabi Félicien, Candide Azannaï, François Abiola, Martial Sounton et Aké Natondé. Mais, parmi ces neufs, seule François Abiola est pressenti pour demeurer au gouvernement.

Outre ceux qui ont pu se frayer un chemin au sein de l'hémicycle, on pourra aussi retenir que d'autres ministres comme Clément Dègbo, Christine Ouinsavi, Issifou Takpara, Mamatou Meba bio Djossou, Justin Adanmaï, François Noudogbessi, Zachari Baba Body,  Bertrand Sogbossi Bocco, Michel Sogbossi et Grégoire Akoffodji.

23 portefeuilles ministériels désormais 

En décidant de se débarrasser des portefeuilles encombrants et budgétivores, le président Boni Yayi, d'après nos sources, procèdera à une fusion de sept ministères avec d'autres déjà existant. il s'agit: du ministère de l'industrie, du ministère des petites et moyennes entreprise, du ministère de la recherche minière et pétrolifère, du ministère chargé des relations avec les institutions, du ministère de l'enseignement secondaire et de la formation technique et professionnelle, du ministère de la reforme administrative et institutionnelle et enfin du ministère de l'urbanisme chargé de la lutte contre l'érosion côtière. Ce qui permettra d'avoir probablement un gouvernement de 23 ministres. Mieux il est annoncé une augmentation effective du nombre de femmes au gouvernement qui passera probablement de 04, comme c'est le cas dans l'actuel gouvernement, à 07. S'il y a des noms de femmes qui se diffusent déjà dans les couloirs de la Marina, c'est bien entendu ceux de : Me Marie-Elise Gbèdo, Inès Aboh Houessou, Claude Olory Togbé, Mèmouna Baboni, Sofiath Onifadé Babamoussa et quelques autres femmes qui n'étaient pas encore connus dans l'arène politique béninoise.

Malgré ces informations, le bon sens et l'objectivité imposent d'attendre l'évènement pour confirmer les intentions réelles ou les visées politiques du président Boni Yayi au lendemain de sa seconde investiture.

Commenter cet article